Trois astuces pour vérifier si un port est ouvert sur un système Linux distant - Boostez votre expertise en réseau !

Trois commandes pour vérifier si un port est ouvert sur un système Linux distant

Pour un responsable IT, il est important de vérifier si un port est ouvert ou fermé sur un système Linux lors d'un processus de troubleshooting. Trois commandes peuvent être utilisées pour effectuer cette vérification : nc, nmap et telnet.

Utilisation de la commande "nc"

La commande "nc" permet de vérifier le port distant en utilisant la syntaxe suivante : nc [IP ou Nom_Hôte] [Num_Port]. Cette commande est simple et rapide à utiliser. Elle permet d'établir une connexion TCP ou UDP avec le port spécifié sur la machine distante. Si la connexion est établie avec succès, cela signifie que le port est ouvert. Sinon, un message d'erreur indiquant une connexion refusée ou un échec de connexion sera affiché.

Utilisation de la commande "telnet"

La commande "telnet" permet également de vérifier le port distant en utilisant la syntaxe : telnet [Nom_Hôte ou IP] [Port]. Cette commande établit une connexion TCP avec le port spécifié sur la machine distante. Si la connexion est établie, un message de succès sera affiché. Sinon, un message d'échec ou de refus de connexion sera affiché.

Utilisation de la commande "nmap"

La commande "nmap" est un outil puissant qui permet l'exploration des réseaux et l'analyse de sécurité. Elle peut être utilisée pour vérifier le port distant en utilisant la syntaxe : nmap [Nom_Hôte ou IP] -p [Port]. Cette commande analyse les ports ouverts sur la machine distante et affiche les résultats obtenus. Si le port spécifié est ouvert, un message de succès sera affiché. Sinon, un message d'échec ou de refus de connexion sera affiché.

Il est également possible d'utiliser la commande "nmap" pour d'autres tâches telles que l'inventaire du réseau ou la surveillance du temps de disponibilité des hôtes ou des services.

Accéder à des services distants

Pour accéder à des services distants, le port du service distant doit être ouvert. Il existe trois outils pour vérifier si un port distant est ouvert : netcat (commande nc), nmap et /dev/tcp.

Netcat est un outil Linux utilisé pour le diagnostic réseau, le scan de ports et le proxy TCP. Il peut être utilisé pour vérifier l'ouverture du port SSH (22) d'une machine distante en utilisant la commande "nc -zv [adresse IP] 22".

Nmap est un outil puissant qui permet de scanner un réseau, détecter les ports ouverts et obtenir des informations sur le système d'exploitation distant. On peut utiliser la commande "nmap [adresse IP] -p 22" pour vérifier l'ouverture du port SSH (22) d'une machine distante.

/dev/tcp est un fichier virtuel utilisé avec l'interpréteur de commandes BASH pour détecter si un port distant est ouvert. On peut utiliser la commande "echo > /dev/tcp/[adresse IP]/[port] && echo "Le port est ouvert"" pour vérifier l'ouverture d'un port avec /dev/tcp.

Le fonctionnement des ports réseau

Le protocole TCP et UDP utilisent des ports réseau pour la connexion entre équipements. Un port local est ouvert sur la machine qui se connecte à un port distant sur l'équipement distant. Lors d'une connexion entrante, les rôles des ports local et distant sont inversés. La notion de local et distant s'applique également aux adresses IP.

Nmap est un outil utilisé pour vérifier l'état d'un système, les périphériques, les services réseau et la disponibilité des ports. Netcat est un utilitaire permettant d'ouvrir des connexions réseau en UDP ou TCP. Netstat est une commande pour vérifier les ports UDP et afficher les statistiques réseau. Lsof est une commande pour voir la liste des fichiers ou répertoires ouverts, mais peut également être utilisée pour des tâches réseau simples. La commande ss (socket statistics) permet de déterminer les ports ouverts dans le système Linux.

Auditer les accès réseau ouverts sur le serveur

Il est important d'auditer les accès réseau ouverts sur le serveur pour garantir la sécurité et la connectivité des services. Pour cela, il est nécessaire d'auditer les programmes et services qui ouvrent les ports associés. On peut utiliser la commande ss ou netstat pour lister les ports ouverts sur le serveur.

Les accès réseau doivent être surveillés et maîtrisés en fonction de la cible fonctionnelle du serveur. Certains accès sont critiques sur un serveur Web accessible au public. Il est recommandé d'utiliser la commande lsof pour retrouver les informations des services qui ne sont pas affichées par ss.

Pour renforcer la sécurité, il est conseillé de couper les services inutiles en utilisant la commande systemctl. Il est également recommandé de modifier la configuration du service de base de données pour n'écouter que sur la loopback IPv

Si possible, il est recommandé de changer les ports d'accès par défaut des services pour renforcer la sécurité.

Il est important d'auditer les processus de filtrage réseau et la configuration du noyau pour assurer la sécurité du système.

En conclusion, il existe plusieurs commandes et outils disponibles pour vérifier si un port est ouvert sur un système Linux distant. Ces outils sont utiles pour le troubleshooting et l'audit des accès réseau. Il est essentiel de surveiller et de maîtriser les accès réseau ouverts sur le serveur pour garantir la sécurité et la connectivité des services.

Index
  1. Trois commandes pour vérifier si un port est ouvert sur un système Linux distant
  2. Utilisation de la commande "nc"
  3. Utilisation de la commande "telnet"
  4. Utilisation de la commande "nmap"
  5. Accéder à des services distants
  6. Le fonctionnement des ports réseau
  7. Auditer les accès réseau ouverts sur le serveur
  8. Si possible, il est recommandé de changer les ports d'accès par défaut des services pour renforcer la sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Go up